Grèce

L’IVG est autorisée sur demande jusqu’à la 12ème semaine de grossesse. Au-delà, elle est possible:

  • jusqu’à 19 semaines en cas de viol;
  • jusqu’à 24 semaines en cas d’anomalie fœtale
  • aucune limite au délai n’est prévue si la santé de la femme est en danger ou en cas de problème fœtal grave.

Dans le cas d’un avortement pour raisons médicales, l’approbation médicale par le biais d’un certificat est requise. Les mineurs doivent obtenir l’accord de leurs parents.

Dans la réalité, les femmes y recourent souvent en cachette suite à la pression négative de l’opinion publique.

vert_okL’IVG est gratuite dans le service public et partiellement prise en charge par la Sécurité sociale dans le privé.

 

orange_attention Les conditions de l’IVG en Grèce sont décrites dans le Code pénal (art. 304), manifestant la désapprobation morale de l’action. Le CEDAW – Comité des Nations unies sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes – a exprimé en 2013 ses préoccupations concernant la “très faible utilisation des méthodes efficaces de contraception, ce qui signifie que des femmes ont recours à l’IVG comme méthode de planification familiale”.

orange_attentionAu début de 2020, des affiches avec des messages anti-IVG ont été placées dans le métro d’Athènes avec le slogan “Choisissez la vie – Laissez-moi vivre”. Après le tollé général, le gouvernement a décidé de retirer les affiches. Selon les médias grecs, la campagne publicitaire a été payée par des groupes liés à l’Église orthodoxe du pays.