Roumanie

L’IVG y est autorisée sur demande jusqu’à la 14ème semaine de grossesse et au-delà en cas de risque fœtal ou de risque pour la vie de la femme. La femme enceinte doit donner son consentement par écrit. Les mineures âgées de moins de 18 ans doivent présenter une autorisation parentale.

L’IVG est pratiquée à coût modeste dans le secteur public et est partiellement remboursée par la sécurité sociale. En pratique cependant, les femmes doivent souvent payer la totalité des frais.

orange_attentionLors de la pandémie COVID-19, le pays a connu un recul alarmant dans l’accès à l’IVG gratuite et légale. Il a été demandé aux hôpitaux d’arrêter les opérations chirurgicales non urgentes et en conséquence les avortements n’ont pas été pratiqués. Les données montrent qu’au plus fort de la crise, seuls 11 des 280 hôpitaux du pays pratiquaient des IVG.