AVANT-PREMIERE “Tout va s’arranger” · Projection + débat

Le Centre d’Action Laïque, la FAPEO et La Vénerie
vous invitent à l’avant-première de

Tout va s’arranger (ou pas)

Un documentaire consacré à la santé mentale des jeunes

Réalisation: Pierre Schonbrodt · Musique: Quentin Dujardin

La projection sera suivie d’un débat:

Le mal-être des jeunes: on s’en préoccupe quand?

En présence de Véronique de Thier, représentante de la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO), Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l’enfant, Sophie Maes, pédopsychiatre cheffe de service de l’Unité pour adolescents du Centre Hospitalier Le Domaine, et du réalisateur.

J’essaie de ne pas regarder le futur parce que c’est angoissant et que ça n’amène que des idées noires.

Luz, 16 ans

Mes parents ont su que je prenais des antidépresseurs, ils me les ont confisqués. J’ai fait un sevrage qui a failli me coûter la vie.

Mehdi, 21 ans

En partant du témoignage des jeunes en souffrance, ce film tente de comprendre le mal-être d’une jeunesse marquée par 2 années de confinement. En les écoutant, on devine un rendez-vous raté avec ces jeunes qui tentent aujourd’hui encore de soigner des blessures très douloureuses. Tout ce temps passé sans les avoir suffisamment écoutés a sans doute engendré une crise de sens qu’on aurait tort de sous-estimer.

Les jeunes ne vont pas bien depuis 2 ans et ce n’est pas en 2 mois de vacances que les choses vont s’améliorer. Vu notre liste d’attente, je prévois malheureusement la faillite du système des soins de santé mentale particulièrement pour les adolescents et les jeunes majeurs qui doivent attendre parfois 4 mois avant d’être pris en charge.

Sophie Maes
Pédopsychiatre, cheffe de service de l’Unité pour adolescents du Centre hospitalier Le Domaine (ULB)

 

En un an, le décrochage scolaire dans le secondaire a augmenté de 55% pendant que les mutualités ont vu le nombre de remboursements des consultations psychologiques s’envoler, +20% en 2021, et les prescriptions d’antipsychotiques exploser, entre 20 et 50% selon les âges. Confrontés à des chiffres qui atteignent des sommets jamais atteints, les professionnels que nous avons rencontrés tout au long de ces 6 mois de tournage nous ont décrit un phénomène devenu incontrôlable.

Actuellement, j’ai 200 patients sur le campus et c’est vrai que ces derniers mois, le nombre d’étudiants avec des idées noires a explosé.

Annabelle Cilla
Psychologue aux Hautes Ecoles en Hainaut

La question que je me posais et que je me pose toujours: où sont-ils? Plus de la moitié des mes étudiants ont disparu, on ne les voit plus…

Olivier Luminet
Professeur de psychologie de la santé, UCL

En pratique:

  • Mardi 11 octobre à 11h
  • Au Centre culturel La Vénerie – Espace Delvaux (rue Gratès 3 · 1170 Watermael-Boitsfort)
  • Verre de l’amitié et sandwich offerts à l’issue de la discussion
  • Entrée gratuite mais inscription obligatoire avant le 7 octobre en ligne par mail: cal@laicite.net

Cette projection est organisée en partenariat avec le Centre culturel la Vénerie et le soutien de l’asbl Les Petits Riens.