Fin de vie. Entendre les choix du patient et pouvoir y répondre

En 2002, la Belgique s’est dotée d’une loi dépénalisant l’euthanasie dans certaines situations.

Ainsi, après de longues années de combats et de débats, les proches ou le personnel soignant ne se voyaient plus accusés de meurtre pour avoir répondu à ce souhait émis par le patient de mourir dans la dignité.

En 2014, les législateurs ont élargi courageusement cette loi aux mineurs d’âge dans un cadre strictement réglementé.

Malgré ces avancées en faveur des patients, l’euthanasie n’est toujours pas un droit: même si toutes les conditions légales sont réunies, introduire une demande d’euthanasie ne garantit pas que celle-ci soit pratiquée.

Les convictions personnelles, la philosophie de l’institution, mais parfois plus simplement le manque d’information, laissent patients, proches et personnels soignant démunis et constituent autant d’obstacles pour accéder à une fin de vie digne.

Qu’en est-il dans la Province de Luxembourg? Les personnes souhaitant mourir dans la dignité sont-elles entendues? Où les euthanasies sont-elles pratiquées? Est-ce possible en soins palliatifs? À domicile? En maison de repos? Et comment réagir, en tant que professionnels de la santé, proche… face à une demande d’euthanasie?

Le colloque aura pour objectif de lancer une réflexion sur cette thématique en province de Luxembourg.

Une organisation du Service Laïque d’aide aux Personnes du Luxembourg en partenariat avec le CAL Luxembourg

L’évènement s’inscrit dans le programme des ‘Regards croisés sur le bien vieillir en Province de Luxembourg’ organisé par le service provincial social et santé.

En pratique: