Frontières: 6 expositions

6 expositions proposées dans le cadre de la campagne Frontières

Frontières

Cette exposition propose de s’interroger sur les réalités auxquelles renvoie la notion de frontières, au 21e siècle dans un contexte marqué par la globalisation de l’économie, l’accélération des échanges entre pays et les mouvements croissants de populations pour des raisons économiques ou politiques.

Elle explore les problématiques liées aux frontières. Ces dernières peuvent être tantôt ouvertes, tantôt fermées, tantôt comprises comme lieu de contact et d’échange ou, au contraire, comme lieu d’exclusion et de conflit comme l’illustre la tragique actualité des migrants en Europe et en Méditerranée. Elles peuvent aussi se matérialiser par la construction de murs-frontières dans le monde (il en existe une cinquantaine aujourd’hui). Les frontières, loin de s’estomper au fil des siècles, se sont complexifiées et ont évolué dans leur nature et dans leur fonction influençant les processus migratoires, mais aussi les sociétés qui décident de les édifier.

À travers un historique sur l’évolution de ses frontières et des mouvements de population, elle aborde « la crise des migrants » apparue en 2015 et la question des quotas de réfugiés à répartir pour chaque pays.

De quoi nourrir une interrogation sur ce que pourrait être un monde sans frontières.

Réalisée par le Musée national de l’histoire de l’immigration de Paris. Programmée par MNEMA asbl.

Moving beyond borders

Cette exposition s’intéresse aux parcours des personnes migrantes, tout en pointant les dispositifs qui sont responsables de leurs périlleuses traversées dans le Sahara, en mer Méditerranée ou sur les frontières orientales de l’Union européenne. Elle propose une approche multimédia de la réalité migratoire actuelle. Des cartes pour saisir la façon dont les contrôles aux frontières se déplacent et s’externalisent et dévoiler les infrastructures qui sont mises au service des politiques européennes. Des photographies pour illustrer les conséquences d’une gestion sécuritaire de la question migratoire, telle qu’elle s’observe en Europe et au-delà. Des paysages sonores composés par la compagnie Étrange Miroir qui a également imaginé la mise en scène de l’exposition pour accompagner les différents supports.

L’exposition est constituée de cinq modules interactifs, les trois premiers consacrés à des réalités contemporaines, les derniers imaginant deux scénarios opposés quant aux potentielles évolutions des politiques migratoires européennes.

Réalisée par Migreurop, scénographiée par Étrange Miroir, diffusée par Kareron. Programmée par le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège.

#JeSuisHumain

Les photographes du collectif belge HUMA sont partis à la rencontre des migrants dans des camps de réfugiés au Liban, en Jordanie, mais aussi en France (Calais et sa « jungle ») et en Belgique où ils ont suivi plusieurs d’entre eux. Ce qu’ils montrent à travers leurs photos ce sont bien sûr les dures conditions de vie de ces personnes dans ces camps, mais aussi toute leur capacité de résilience, cette capacité à surmonter les moments douloureux et à se développer en dépit de l’adversité.

Réalisée par Amnesty International. Programmée par le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège.

Passeurs de frontières

Passeurs de frontières aborde le sens universel et politique de l’engagement démocratique.

Les frontières dont il est question dans cette exposition ne sont pas celles qui séparent deux pays mais celles qui sont érigées par les peurs, préjugés, clichés, oppressions culturelles, endoctrinement idéologique, haines, violences, extrémismes, racisme, homophobie, sexisme, etc., qui érigent des murs d’incompréhension et des barrières sociales qui empêchent le dialogue et rendent précaire un projet de vie commune.

L’exposition rend hommage aux « passeurs de frontières », c’est-à-dire aux femmes et aux hommes, citoyens ordinaires, philosophes, journalistes, écrivains, artistes, cinéastes, qui, un jour, ont eu le courage ou la témérité de dire non à l’injustice, à l’arbitraire, à l’oppression et qui ont, par leurs actes et engagements divers, fait naître un rêve de liberté, un horizon de vie nouvelle pour leurs contemporains, en leur per- mettant de franchir ou d’abolir ces frontières qui empêchent d’aller à la rencontre des autres.

Réalisée par Bruxelles Laïque. Programmée par le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège.

No pasara

Une exposition de photos de Leila Alaoui, photographe et vidéaste franco-marocaine décédée à la suite des attentats du 15 janvier à Ouagadougou.

En réaction aux politiques européennes de fermeture progressive des frontières, une nouvelle expression du langage populaire est apparue pour exprimer la résistance à ces mesures d’interdiction de la migration: « hrag » (brûler) et « harragas » (les brûleurs) sont devenus des codes chez les jeunes désespérés prêts à tout sacrifier pour atteindre l’Europe.

No Pasara capture les vies des jeunes Marocains qui rêvent d’un futur meilleur de l’autre côté de la Méditerranée. Les images veulent rendre compte de leur réalité mais aussi de leurs illu- sions. En voulant brûler la frontière, nombre d’entre eux en viennent à brûler leur propre identité, leur passé et souvent leur vie.

Une exposition de la Fondation Leila Alaoui, programmée par la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Liège et l’asbl MNEMA.

Tracking the subject

Tracking the Subject est une œuvre trans-media du collectif d’artistes TRIPOT, basé à Bruxelles, qui adopte le point de vue du réfugié au moment de son passage de frontière.

Les discours politiques et médiatiques actuels sont principalement constitués d’anecdotes, de statistiques et de peurs qui, en même temps, victimisent et aliènent le réfugié. Ce qui contribue à enlever l’humanité au sujet. A contrario, cette installation plonge le spectateur dans les souvenirs subjectifs des expériences que vivaient les immigrants pendant le voyage « illégal » vers l’Europe occidentale.

Une réalisation du collectif d’artistes TRIPOT. Programmée par MNEMA asbl.

En pratique:

  • Du 13/11 au 10/12/2017
  • À la Cité Miroir – Place Xavier Neujean 22 à 4000 Liège
  • Le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège vous propose de découvrir ces différentes expositions via une visite guidée animée ou des modules d’animations thématiques (plus d’infos sur le site de la Cité Miroir)
  • PAF: tarif plein: 6€ / tarif réduit: 3€ / tarif enfant: 2€. Le ticket d’entrée donne accès aux 6 expositions.
  • Infos et réservations: reservation@citemiroir.be |04/230.70.50