Les femmes et la Franc-Maçonnerie

La Franc-maçonnerie « spéculative » commence officiellement en1717 en Angleterre et en 1725 en France. Mais partout, les femmes seront systématiquement exclues des loges masculines, à moins de quelques initiatives transgressives, aussitôt très durement réprimées. Hormis quelques exceptions, les ateliers maçonniques masculins, aujourd’hui encore très largement majoritaires, demeurent fermés au deuxième sexe… Où, quand et dans quelles conditions les femmes ont-elles eu accès à des loges féminines ou mixtes?

Myriam Kenens est professeure retraitée de l’enseignement communal liégeois, passionnée par les droits de l’Homme en général et ceux de la femme en particulier. Elle est également co-rédactrice de la revue pluraliste Reliures.

En pratique:

  • Le 21 septembre à 19h30
  • À la Maison de la Laïcité du quartier de Sainte-Walburge – Rue Sainte-Walburge 1 à 4000 Liège
  • Gratuit
  • Infos et réservations: 04/233.50.71 | 0473/53.06.72