Tout ce que vous avez voulu savoir sur le suicide assisté en Suisse

Rencontre avec Jean-Jacques Bise, co-président d’Exit Suisse Romande

« Si je n’obtiens pas l’euthanasie en Belgique, j’irai en Suisse. C’est plus facile… »« En Suisse, ils font n’importe quoi. Je suis d’ailleurs opposé au suicide assisté. »« Il existe en Suisse un business de la mort assistée… », etc.

Combien de fois avons-nous entendu ce genre de commentaires à propos d’un pays, la Suisse si proche et si mal connu. Et pourtant, il existe pas mal de convergences et en tout cas, une même préoccupation: comment permettre à un homme, une femme de choisir sa mort, une mort douce, apaisée.

Jean-Jacques Bise, juriste, assume depuis un an la co-présidence de l’association Exit Suisse Romande. Cette association pour le droit de mourir dans la dignité compte quelque 28.900 membres auxquels elle offre, sous certaines conditions, l’assistance au suicide. Une de ces conditions: être domicilié en Suisse.

Jean-Jacques pourra nous parler de l’histoire de l’assistance au suicide qui est partie de l’interprétation de l’article 115 du Code Pénal suisse: « Celui qui, poussé par un mobile égoïste, aura incité une personne au suicide, ou lui aura prêté assistance en vue du suicide, sera, si le suicide a été consommé ou tenté, puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire », des conditions de l’assistance au suicide, des derniers développements et aussi d’autres associations suisses comme Dignitas ou Lifecircle qui acceptent comme membres des personnes non-domiciliées en Suisse.

En pratique:

  • Le jeudi 7 février à 20h
  • Au Centre d’Action Laïque (salle Willy Peers) – Campus de la Plaine ULB (accès 2) à 1050 Bruxelles
  • Entrée gratuite
  • Réservation souhaitée (pour des questions d’intendance): info@admd.be
  • Événement Facebook: www.facebook.com/events/415917069146733/

Une rencontre proposée par le Centre d’Action Laïque et l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD).

 

50_ans_laicite