Actualités

L’EVRAS : vers des avancées concrètes?

L’EVRAS : vers des avancées concrètes?

Ce 1erjuin 2018, le CAL organisait un débat sur l’EVRAS. L’occasion de rappeler que le droit, pour chaque jeune, de recevoir une information et une éducation sexuelle est une recommandation forte de l’OMS et l’UNESCO, et qu’il est inscrit dans le décret « Missions » de l’école depuis 2012. Une avancée certaine mais qui n’a pas suffi à atteindre, en 2018, la généralisation et donc le bénéfice, pour tous les jeunes, d’une éducation sexuelle.

En matière d’EVRAS, tout se passe comme si tout le monde était d’accord sur les constats et les objectifs, mais pas toujours sur les moyens, et donc qu’il est de fait assez difficile d’avancer.

Le débat a porté sur les freins à cet avancement, ainsi que sur les pistes concrètes qui pourraient être mises sur la table.

Dans la lignée de la carte blanche des branches jeunes des partis, Déborah Lorenzino(présidente de DéFI Jeunes) a défendu une voie forte vers la généralisation : référentiel et label.  « Il faut une définition claire de l’EVRAS. Il faut également instaurer un label EVRAS, obligatoire et contraignant ».  Ajoutant que « L’EVRAS [devait] être rendu obligatoire dans toutes les écoles, avec un même programme pour tous, adapté à leurs âges ».

Caroline De Bock(présidente du mouvement des jeunes du PTB-Comac à l’ULB) a insisté sur la question des stéréotypes et du genre : « Les stéréotypes de genre sont encore très présents à l’école. C’est pour ça qu’il important d’instaurer l’EVRAS dès le départ. »

Véronique Jamoulle(députée régionale et au Parlement de la FWB, PS)a relayé la position du Parti socialiste et de la Ministre de l’Égalité des chances, Isabelle Simonis : en faveur d’un label contraignant pour les opérateurs d’animations EVRAS et de balises plus définies. « Il faut travailler avec les plannings, dans le cadre de cette généralisation et labellisation de l’EVRAS », a-t-elle expliqué.

Barbara Trachte(députée régionale et au Parlement de la FWB, ECOLO)a identifié trois leviers à la généralisation de l’EVRAS : « En matière de généralisation dans les écoles, ça avance trop lentement. Quels sont les leviers? Un label, un travail sur les référentiels (dès les maternelles), la formation initiale et continue des enseignants. »

David Weytsman(député bruxellois, MR) s’est révélé très engagé sur la question : « L’EVRAS doit être obligatoire dans tous les réseaux d’enseignement et dès le plus jeune âge. Le contenu doit être le même pour tous les publics, adapté évidemment en fonction de l’âge. » Ajoutant que l’EVRAS devait « être prioritaire dans les prochains accords de gouvernement. »

Enfin,Isabelle Stommen(cdH, députée régionale et au Parlement de la FWB), qui nous avait fait part de son intérêt marqué pour la question, s’était excusée.

Le débat a été marqué par un fort consensus. Tous les représentants de partis présents ont témoigné en faveur :

  • D’un label pour les opérateurs d’animation.
  • De la rédaction d’un référentiel contraignant (adapté à l’âge et au niveau d’enseignement).

De la nécessité de débuter l’EVRAS dès la maternelle (avant que les stéréotypes ne soient incorporés par les enfants).

Thématiques abordées: