Norvège

Depuis 1978, l’IVG est autorisée jusqu’à la 12ème semaine de grossesse sur simple demande de la femme. La loi prévoit des exceptions entre la 12ème et la 18ème semaine en fonction de la santé de la femme ou de sa situation sociale, si le fœtus court un risque de complications médicales graves ou si la femme est tombée enceinte alors qu’elle était mineure ou après un abus sexuel. Après la 18ème semaine, les raisons de mettre fin à une grossesse doivent être extrêmement graves. Au-delà de 12 semaines, un comité composé de deux médecins prend la décision d’accepter ou non la demande. Les jeunes femmes de moins de 16 ans doivent obtenir le consentement de leurs parents. Les avortements sont pratiqués à l’hôpital et la procédure est gratuite pour toutes les femmes, même pour celles qui n’ont pas de permis de résidence.

vert_okSi la demande est refusée, elle est automatiquement réévaluée par un nouveau comité appelé “comité d’appel”.

 

orange_attention En 2019, sous l’initiative d’un parti minoritaire anti-avortement qui a rejoint la coalition gouvernementale, une modification de la loi sur l’IVG a été approuvée: la réduction des grossesses multi-fœtales (c’est-à-dire les grossesses avec plus d’un fœtus/embryon) nécessite désormais l’approbation d’une commission médicale, sans tenir compte du délai de 12 semaines. Avant ce changement, ce type d’IVG était considéré du même type que celles d’un seul fœtus.