Campagnes

Cannabis, dépassons l’interdit, responsabilisons, réglementons!

Cannabis, dépassons l’interdit, responsabilisons, réglementons!

En Belgique, la loi actuelle interdit le commerce et la détention de drogues, sauf pour l’alcool.
Or, la consommation augmente malgré les moyens déployés par les pouvoirs publics.

C’est pourquoi, le mouvement laïque propose la production et la vente libres mais mieux contrôlées par l’État afin notamment d’empêcher la vente de cigarettes, d’alcool et de cannabis aux mineurs de moins de 16 ans.

Le Centre d’Action Laïque prône avant tout:

  • la réduction des risques, c’est-à-dire de mieux informer les consommateurs potentiels ou usagers de drogues (y compris l’alcool) sur les risques pour leur santé
  • la prévention auprès du public qui n’a jamais consommé de drogues, avec une attention particulière portée aux mineurs d’âge
  • la réglementation de la vente de drogues qui aura pour avantages:
    • Une approche préventive sans tabou via un dialogue libéré de l’interdit
    • Une amélioration de la santé des consommateurs grâce au contrôle des produits
    • Des apports financiers pour l’Etat grâce aux taxes et accises (cannabis) à réserver aux financement d’une meilleure politique de santé publique
    • La mise en œuvre de campagnes de prévention et de programmes de réductions des risques supplémentaires
    • Une diminution du nombre de détenus en prison
    • Des moyens policiers et judiciaires retrouvés pour d’autres tâches
    • L’assèchement du marché noir et la fin du monopole de fait des mafieux

La consommation et la vente en dehors de la loi feraient l’objet de poursuites et de sanctions.

Un des arguments privilégiés des opposants à toute réglementation tient en ce que la population ne serait pas prête à un tel changement de politique. Pourtant, l’expérience démontre que si un effort pédagogique auprès du public est réalisé, le projet est bien compris. Les gens adhèrent en grande majorité aux avantages en matière de santé publique et de lutte contre les réseaux mafieux qu’un tel projet de modification législative induit.

Les sondages (qui, soulignons-le, n’ont pas de valeur scientifique) réalisés par le Centre d’Action Laïque, en festival ou dans d’autres lieux, indiquent ainsi tous les mêmes résultats: +/- 80% des sondés se prononcent en faveur d’une réglementation.

C’est pourquoi le volet principal de la campagne du CAL propose des actions visant à rencontrer un public le plus large possible, en vue d’élargir ce mode de consultation.

Le CAL entend également contribuer à la mise en œuvre d’un débat serein au sein de la société civile avec le concours des spécialistes et des responsables politiques, dont certains ont déjà déposé des propositions de loi en ce sens, afin de faire aboutir une législation progressiste, bénéfique pour la santé publique et la sécurité.

Pour en savoir plus sur les propositions du Centre d’Action Laïque en matière de drogues et assuétudes: https://www.laicite.be/laction-laique/nos-engagements/drogues-et-assuetudes/