La science et le chercheur

Les chemins du doute

Le savoir ne doit pas être considéré comme un socle inébranlable sur lequel les chercheurs seraient invités à poser leur pierre. Ce socle est poreux et ils travaillent à l’imprégner de leurs doutes. Cependant, lorsque le chercheur présente un projet aux instances de subsides à la recherche, il se trouve soumis à des critères peu compatibles avec l’incertitude et le défi adressé aux connaissances admises.

Lise Thiry plaide pour que les jeunes chercheurs bénéficient d’un crédit de vagabondage, à l’exemple des grands inventeurs dont le parcours se dessina souvent en zigzag. Elle plaide, aussi bien, pour qu’ils sachent retourner le pouvoir du doute contre leurs propres inventions et découvertes. Car on ne livre pas impunément à la société une recette fragile et potentiellement nuisible.

Les auteurs

Lise Thiry

Fille du poète auteur de Toi qui pâlis au nom de Vancouver, Lise Thiry s’est engagée sur son conseil dans la voie de la recherche scientifique. Fondatrice du service de virologie de l’Institut Pasteur de Bruxelles, avec une carrière universitaire et internationale parallèles, elle était aussi une femme d’engagement, militant pour les droits des femmes, des sidéens, des sans-papiers. Elle a donné, aux éditions des Éperonniers, un volume de mémoires sous un titre en clin d’œil: Marcopolette (1999).

La science et le chercheur