Communiqués de presse

« Santé pour tous »: le Centre Laïque poursuit la réflexion sur les enjeux de la santé

« Santé pour tous »: le Centre Laïque poursuit la réflexion sur les enjeux de la santé

Le 6 mai prochain à 20h, le Centre d’Action Laïque entame un colloque virtuel sur le thème « Une santé pour tous », accessible en streaming sur YouTube (centredactionlaique) et Facebook (@actionlaique).

Ce colloque, divisé en trois modules, est le premier du cycle de conférence et colloques sur le thème « Santé de tous, santé pour tous« . Il s’inscrit dans la première phase du cycle plus particulièrement dédicacée à à la pandémie, la gestion de crise, l’accès égalitaire à la santé (un bien commun selon l’ONU)

La seconde phase (deuxième semestre 2021) envisagera de façon radicale le tournant dans lequel la société se trouve aujourd’hui avec des menaces planétaires sur le climat, l’environnement, la santé qui dépassent les possibilités de contrôle des États-Nations. Cette seconde phase abordera la nécessité de nouvelles solidarités.

Tout ce cycle vise à faire reculer les peurs liées à la pandémie, en permettant à chacun de la comprendre, de donner un sens aux discours parfois contradictoires auxquels sont confrontés les citoyens, et d’y trouver le moyen d’agir, à travers des solidarités locales. Les valeurs de la laïcité sont garde fous précieux dans ce contexte de crise, de fake news et d’inégalités profondes qui peuvent faire vaciller la démocratie.

Premier module: « Accès égalitaire à la santé: une exigence éthique » (6 mai – 20h)

La pandémie de coronavirus a ouvert un débat éthique sur la santé et sur la légitimité des choix opérés pour réduire la propagation du virus.  Ce débat a porté sur l’accès aux soins, et sur l’ensemble des décisions qui furent prises, accentuant parfois la vulnérabilité de certains groupes et leur inégalité face à l’accès aux soins. Non seulement des droits fondamentaux ont été mis en veilleuse pendant plus d’un an, mais on commence à mesurer aujourd’hui le coût humain des stratégies déployées dans les différents pays. Cette première partie du colloque traitera de l’éthique de la santé, des droits de l’homme et des libertés publiques pendant cette pandémie.

Ce module se tiendra la veille du Sommet européen de Porto qui se concentrera sur la manière de renforcer la dimension sociale de l’Europe pour relever les défis du changement climatique et de la transition numérique.

Programme :

  • Introduction: Albert Moukheiber, docteur en neurosciences cognitives, psychologue clinicien et chargé de cours à l’université de Paris 8 Saint-Denis
  • Premier panel:
    • Françoise Tulkens, ancienne juge et vice-présidente de la Cour européenne des droits de l’homme, membre associé de l’Académie royale de Belgique
    • Jacqueline Herremans (discutante), avocate, présidente d’Association pour le droit de mourir dans la dignité, membre du Comité consultatif de bioéthique de Belgique.
  • Second panel:
    • Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, professeure titulaire de la chaire  » Humanités et santé  » au conservatoire national des arts et métiers à Paris et titulaire de la  » chaire de philosophie à l’hôpital  » au Groupe hospitalier universitaire Paris Psychiatrie et neurosciences.
    • (tbc) Florence Caeymaex (discutante), chercheuse du FNRS et co-directrice du Map (Matérialités de la politique) au centre de recherches en philosophie politique de l’Université de Liège. Présidente du Comité consultatif de bioéthique de Belgique.
  • Conclusions: Edouard Delruelle, professeur de philosophie à l’université de Liège
  • Animation: Véronique De Keyser, présidente du Centre d’Action Laïque, Vinciane Colson, journaliste et coordinatrice des émissions Libres, ensemble, et Eddy Caekelberghs

Deuxième module: « Pandémie mondiale: solidarités internationales » (20 mai – 20h)

La pandémie soulève la question à l’échelle mondiale des inégalités d’accès aux vaccins et plus généralement de l’accès à des soins de santé abordables et de qualité. Cette inégalité est criante et les pays les plus pauvres sont servis en vaccins le plus tardivement et de manière insuffisante compte tenu de leurs besoins. La plupart des organisations onusiennes appellent à faire du vaccin un bien public universel, demandant une levée temporaire des brevets.  Contreproductif ?  Illusoire ? L’idée en tout cas fait son chemin et de nombreux chefs d’Etats et prix Nobel se sont joints à cette requête.  Une organisation citoyenne a milité depuis le début de la pandémie pour promouvoir cette mesure de solidarité internationale.  Son porte- parole s’exprimera au colloque. Ce deuxième module se tient le même jour que la réunion du G20 de Rome consacré à la santé.

Programme détaillé à suivre, en présence notamment de Ricardo Petrella (politologue et économique, initiateur de la campagne planétaire visant à faire des vaccins des biens publics mondiaux).

Troisième module: « La solidarité de terrain face à la pandémie – témoignages laïques » (5 juin en matinée)

Une série de publics particulièrement vulnérables se sont sentis abandonnés dans la pandémie, et soumis à davantage encore d’exclusion sociale. Le mouvement laïque, présent sur le terrain au travers de ses régionales et de ses associations, en est le témoin direct et il agit. Ses acteurs témoigneront de leur expérience et feront des propositions. Ils échangeront en direct avec d’autres acteurs de cette crise.

Les trois modules seront animés par Eddy CaeckelberghsVéronique De Keyser, présidente du Centre d’Action Laïque, et Vinciane Colson, journaliste et coordinatrice des émissions Libres, ensemble.

Thématiques abordées: