Actualités

La FHE reçue par la Présidence hongroise de l’UE

La FHE reçue par la Présidence hongroise de l’UE

Communiqué de presse de la Fédération Humaniste Européenne

Ce 24 mai 2011 à Budapest, la Fédération Humaniste Européenne (FHE) a rencontré la présidence tournante hongroise de l’Union européenne afin de lui faire part de sa vision des enjeux de laïcité en Europe. La FHE était représentée par son président David Pollock et son vice-président Pierre Galand. De leur côté, les Églises avaient été reçues en début de présidence, en janvier dernier.

Cette rencontre marque un nouveau pas dans l’histoire des relations entre l’Union et la communauté laïque. Depuis plusieurs années en effet, les présidences tournantes avaient pris l’habitude de recevoir les Églises. Ce n’est que sous la présidence belge (juillet-décembre 2010) que pour la première fois, la FHE a eu l’occasion de faire entendre les préoccupations des laïques européens.

Après une évocation de la place de la laïcité et des religions en Europe, la FHE a abordé plus spécifiquement les questions suivantes avec la délégation hongroise:

Sur la politique hongroise en matière familiale et démographique

La FHE n’a pas d’objection de principe à une politique d’encouragement à l’élargissement des familles, pour autant que cela n’engendre ni davantage de pauvreté, ni restriction des libertés pour les femmes de disposer de leur propre vie, y compris en matière d’accès à la contraception et à l’avortement.

Sur l’adoption de la nouvelle constitution hongroise

La FHE reconnaît les aspirations élevées de la nouvelle constitution. Toutefois, certaines dispositions semblent contraires aux droits humains fondamentaux et aux standards européens:

  • la vision très conservatrice du mariage et de la famille
  • le concept de « vie embryonnaire et fœtale [qui] doit être soumise à la protection à partir du moment de la conception »
  • l’omission, dans la liste des motifs de discrimination à combattre, de l’orientation sexuelle, d’autant plus inquiétante que la gay pride a récemment été interdite par le gouvernement.

La FHE souhaite que le gouvernement mette tout en œuvre pour se conformer aux standards les plus élevés en matière de défense des droits fondamentaux, en particulier des femmes et des minorités, y compris sexuelles.

Sur la liberté d’expression et la nouvelle loi sur les médias

La FHE s’inquiète, comme beaucoup d’autres, des entraves à la liberté de la presse que laisse craindre la nouvelle loi. Celle-ci donne au gouvernement un pouvoir démesuré de contrôle ou d’intimidation les médias, assorti d’exigences pour les journalistes, mal définies et prêtant à interprétation partiale, à respecter la « moralité publique », la « dignité humaine » et à produire des rapports « équilibrés » – des exigences qui seront jugées par une autorité des médias elle-même nettement déséquilibrée en faveur du pouvoir politique.

Sur la lutte contre les discriminations en Europe

La FHE s’est enquise des progrès effectués par la présidence hongroise en faveur de la proposition de directive sur la non-discrimination dans d’autres domaines que l’emploi, qui est toujours bloquée au Conseil.

La FHE a également souligné qu’il existe un écart important entre, d’une part, les normes des droits de l’homme et de liberté que l’UE exige des pays candidats à l’adhésion et des bénéficiaires d’aides et, d’autre part, son incapacité à faire appliquer ces normes au sein de ses propres frontières, notamment lorsque certains Etats membres portent atteinte directement ou indirectement aux droits des Roms ou des migrants.

La FHE remercie les autorités hongroises pour cette rencontre franche et cordiale au cours de laquelle elles ont donné des réponses détaillées aux questions soulevées. Des contacts sont d’ores et déjà en cours avec la prochaine présidence polonaise pour une rencontre analogue.

La FHE reçue par la Présidence hongroise de l’UE

Thématiques abordées: