La transition écologique et sociale

Pour une prospérité soutenable et partagée

New

Disponible le 9 octobre. Commandez-le dès maintenant.

Le système instable, inégalitaire et insoutenable engendré par la mondialisation néolibérale a exacerbé l’insécurité économique et culturelle des classes moyennes et populaires. Le ressentiment des « perdants de la mondialisation » a débouché sur une « récession démocratique », illustrée par le déclin des partis traditionnels et la montée du national-populisme. La course à la compétitivité et aux profits sans limite accentue la concentration des richesses, les inégalités, les crises financières et les récessions mondiales. La combustion croissante d’énergies fossiles et la surexploitation des ressources naturelles ont provoqué des dégâts environnementaux irréversibles débouchant sur le changement climatique et la destruction de la biodiversité.

Le choix ne se limite pas à préserver la société ouverte néolibérale ou à instaurer la société fermée prônée par le national-populisme, qui serait dans les deux cas inégalitaire et insoutenable. Des alternatives existent pour garantir une prospérité soutenable et partagée dans une société ouverte. Notre défi ? Opérer une transition écologique et sociale en vue d’instaurer un modèle de développement zéro carbone, respectueux des écosystèmes et équitablement réparti.

L' auteur

Arnaud Zacharie

Arnaud Zacharie est secrétaire général du Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11). Il est maître de conférences à l’ULB et à l’ULiège, et il enseigne dans plusieurs hautes écoles. Docteur ès Sciences politiques et sociales, il est également détenteur d’un master en Études européennes pluridisciplinaires, d’un diplôme d’études approfondies en Relations internationales et d’une licence en Arts et Sciences de la Communication. On lui doit plusieurs ouvrages parmi lesquels Mondialisation: qui gagne et qui perd (2013) et Mondialisation et national-populisme: la nouvelle grande transformation (2020).