Actualités

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés récompensée par le Prix Henri La Fontaine

La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés récompensée par le Prix Henri La Fontaine

« J’aurais préféré ne pas être ici. J’aurais préféré ne pas devoir prendre la parole au nom de dizaines de milliers de citoyens engagés, mobilisés, solidaires. J’aurais préféré que ce mouvement n’existe pas. J’aurais préféré que les raisons pour lesquelles nous sommes ici aujourd’hui n’aient jamais existé. » C’est avec ces mots qu’Adriana Costa Santos, co-initiatrice avec son compagnon Mehdi Kassou de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, a entamé son discours ce vendredi 19 octobre dans l’hémicycle du Sénat. Un discours sensible et poignant, qui aura touché l’assemblée venue nombreuse assister à la remise du Prix international Henri La Fontaine 2018.

À travers ce prix, ce sont les 45.000 citoyens européens qui composent la Plateforme citoyenne qui sont récompensés. Les 200.000 nuitées offertes. Les 400.000 repas partagés. Le million de sourires échangés. La Plateforme citoyenne aujourd’hui, c’est « un troupeau, une fourmilière qui s’organise, qui grandit jour après jour et qui souffle un vent nouveau ». Une fourmilière qui ne devrait pas exister et qui ne cherche rien d’autre qu’à « laisser un monde plus humain à ceux qui viendront après nous ».

C’est cet idéal humaniste qui a convaincu la Fondation Henri La Fontaine pour ce Prix 2018 consacré à la liberté d’expression. Les 10.000€ serviront à la Porte d’Ulysse, le centre d’hébergement de la Plateforme citoyenne.

Discours de Mehdi Kassou prononcé par Adriana Costa Santos

Mokhtar Trifi: « Nous refusons d’être des prisons ouvertes pour migrants »

Le Prix Henri La Fontaine était placé cette année sous la présidence de Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des Droits de l’Homme honoraire. Avant de remettre officiellement le Prix à la Plateforme citoyenne, ce co-lauréat du Prix Nobel de la Paix 2015 a profité de la tribune qui lui était offerte pour fustiger les accords entre l’Union européenne et les gouvernements nord-africains: « Nous, la société civile tunisienne, refusons d’être aidés en contrepartie d’être des prisons ouvertes pour les migrants. Nous demandons à notre gouvernement de refuser ces accords avec l’Europe. » Il a aussi salué le travail de tous les citoyens « qui viennent en aide aux femmes, aux hommes et aux enfants qui sont dans le besoin le plus total. L’humanité, c’est ça. La solidarité, c’est ça. » Un appel nécessaire pour une Europe, pour une Afrique, pour un monde plus humain, tel que rêvé par Henri La Fontaine, prix Nobel de la Paix en 1913.

Discours de Mokhtar Trifi

Un reportage plus complet sur la cérémonie sera diffusé dans notre émission « Libres, ensemble » du mardi 27 novembre en fin de soirée sur La Une.

Thématiques abordées: