Espace de libertés – Mai 2017

Trois colloques, dont actes…


Droit de suite

Trois rencontres essentielles “résumées” en 151 pages: voilà ce que proposent les actes des colloques “Sortir l’avortement du Code pénal belge”, qui viennent de sortir de presse. Une somme de connaissances indispensable pour permettre à la société civile et au monde politique de comprendre les enjeux qui sous-tendent cette revendication du Centre d’Action Laïque.

Cette publication est l’aboutissement d’un long processus, qui prend racine dans les premières heures d’un mouvement de lutte contre le carcan moral et patriarcal qui caractérise toute législation pénale sur l’interruption volontaire de grossesse.

Si un grand pas fut franchi en Belgique grâce au vote de la loi Lallemand-Michielsens en 1990, il est patent que la persistance de l’inscription de l’avortement dans le Code pénal a des conséquences, non seulement symboliques, mais également sur le terrain, tant pour les équipes soignantes que pour les femmes.

Plus d’un quart de siècle après le vote de la loi de 1990, il nous a paru indispensable de remettre l’ouvrage sur le métier et de réunir les acteurs impliqués dans l’accès à l’IVG. Trois rencontres ont été organisées: à Bruxelles en septembre 2016, avec les experts du monde académique –médecins, psychologues, juristes–, à Liège ensuite en novembre avec les féministes et les professionnels de terrain, au Sénat en n avec sept partis politiques du nord et du sud du pays en janvier 2017.

La publication des actes des trois colloques organisés par le Centre d’Action Laïque fait également la synthèse de l’évolution actuelle du dossier sur les plans politique et législatif. (sl)